1446



Famille : Collignoniceratidae
Genre : Gauthiericeras


Gauthiericeras margae - Schlüter 1967



Types et figurés :
figuré

Holotype de G. margae, spécimen figuré par Schlüter (1867, pi. 5 (fig. 2))
in Klinger - 1984 - Cretaceous faunas from Zululand and Natal South Africa. The ammonite subfamily Peroniceratinae (Hyatt 1900) - Annals of the South African Museum - 80 ; 113-294

Types et figurés :
figuré

Gauthiericeras margae ; Calcaires durs de la Ribochère, La Ribochère (Loir et Cher)
in Kennedy-1984-Systematic palaeontology and stratigraphic distribution of the Ammonite faunas of the french Coniacian in Special Papers in Palaeontology - 31 - The Palaeontological Association

Occurence :
Stratigraphie : Coniacien supérieur (Zone à Margae)
figuré
Localité type : Emscher-Mergel (Westphalie) Allemagne
Autres localisations : France (Aquitaine, Touraine, Var...), Espagne, Allemagne, Autriche, Roumanie...

Description :
Enroulement évolute, ombilic large comprenant 36,7 à 41,9% du diamètre. La section varie de comprimée à déprimée avec la hauteur la plus importante au niveau du bullae ombilico-latéral. L'ornementation est variable en début et milieu de croissance. A un êxtrème on retrouve des spécimens faiblement ornementés, les flancs sont relativement plats et l'ornementation faible à un diamètre de 40mm. On retrouve entre 12 et 14 bullae faible mais larges qui naissent au niveau de l'épaulement ombilical, ils s'étendent jusqu'à mi-flanc. Les bullae donnent naissance à des côtes basses élargies parfois accompagnées de côtes intercalaires. On rertouve environ 26 côtes par tour qui se terminent toutes par un clavi ventrolatéral.

A l'autre extrême on retrouve des spécimes qui présentent au maximum 11 à 12 côtes qui naissent du rebord ombilical mais on retrouve des bullae très forts qui sont déplacés vers l'extérieur du flanc mais restent toujours internes.

Les autres spécimens ont une ornementation comprises entre ces deux extrêmes. On retrouve une variation de densité et de vigueur dans l'ornementation et avec un bullae faible au niveau ombilical qui prend de l'ampleur pour atteindre une hateur maximale au milieu du flanc.

Sur tous les spécimens les côtes naissent seules ou par paires. La bifurcation des côtes ressemble à un V chez les individus faiblement costulés et à un Y chez les individus robustes avec la queue du Y allongée par la présence de bullae allongés.

Sur certains spécimens à ornementation faible dans les tours juvéniles on retrouve une ornementation forte par la suite. Chez certains spécimens on peut retrouver des côtes bifurquées jusqu'à un diamètre de 100mm alors que sur la plupart des spécimens on ne retrouve plus que des côtes simples à partir de 50mm.

Au fur et à mesure de la croissance certaines côtes naissent sans bullae ombilical, ce dernier est situé plus extérieurement. Chez d'autres spécimens le bullae ombilical est présent et augmente à travers le flanc et peut donner l'impression d'un tubercule latéral.

Les chambres d'habitation adultes présentent de moins en moins de bullae ombilicales ils s'extériorisent de plus en plus.

A tous les stades, toutes les côtes donnent des bullae latéro externes, dans un premier temps ils peuvent être claviformes et deviennent de plus en plus coniques.

A un stade de croissance moyen, le large ventre porte une carène en dents de scie bordée par de faibles sillons on ne retrouve jamais de carènes latérales. Les chambres d'habitation d'adultes montrent une disparition progressive des sillons ce qui donne au ventre un aspect fastigié. [Kennedy 1984]

Planche :
figuré
Diamètre : 74mm
figuré
Diamètre : 90mm
figuré
Diamètre : 105mm
figuré
Diamètre : 140mm
figuré
Diamètre : 275mm
Sutures :
Sutures simples selles bifides faiblement incisées et lobes étroits. figuré
Rapports et différences :
Gauthiericeras obesum G. obesum (espèce Sud Africaine) ne présente pas de côtes secondaires ni de tubercule latéral [Kennedy 1984]

Pryonocycloceras turzoi Co-existe avec G. Margae. P. Turzoi est plus petit, avec des tours massifs, involutes et rectangulaires. Les bullae ombilicales sont projetées vers l'ombilic et ne présents qu'au nombre de 7 à 8 par tour. Les côtes sont courbes et ne développent jamais de tubercule ombilical ou latéral. Les tubercules ventrolatéraux sont bien présents et prènent la forme de corne dans les derniers tours, ils sont logés dans le sillon située dans le rebord ombilical du tour précédent. Les côtes s'agrandissent sur le ventre jusqu'à la faible carène. [Kennedy 1984]

Gauthiericeras nouelianum G. nouelianum co-existe avec G. Margae. Mais ce premier est plus involute, compressé, avec une hauteur de tour plus importante et des côtes très nombreuses et faibles. [Kennedy 1984]

Pseudobarroisiceras boreaui P. boreaui ne présente pas de tubercule ventro latéral. Espèce de plus petite taille compressée, involute. La costulation est dense et flexueuse. [Kennedy 1984]